Les causes de la grève des routiers

Un échec de la mobilisation des routiers

Nous sommes en pleine période de grève des routiers. En effet, ces derniers ont promis des actions fortes et visibles, mais pour le moment la mobilisation reste assez modeste. Alors cela peut encore changer car les routiers CGT et FO, qui sont les deux principaux syndicats qui appellent à la grève, n’ont pas dit leur dernier mot car ils souhaitent une reconduite du mouvement. La raison de cette grève, c’est bien sûr la réforme du Code du travail. Les syndicats tentent d’expliquer les causes du faux départ de ce mouvement de grève annoncé. Et la première d’entre elles serait la mobilisation des forces de l’ordre. Ces dernières n’ont pas laissé la possibilité aux routiers grévistes de bloquer l’accès à certains dépôts pétroliers. De ce fait, les effets prévus n’ont pas pu se faire ressentir par les français à l’échelle nationale. Les forces de l’ordre ont également empêché la mise en place des opérations escargots prévues sur l’autoroute. Le convoi de grévistes a en effet été dérouté au niveau d’un échangeur d’autoroute. Le désarroi se fait alors fortement ressentir chez les routiers qui se sentent privés du droit de manifestation. Mais un autre facteur de l’échec de cette grève c’est la faible mobilisation syndicale. Cela est particulièrement vrai dans le sud-est de la France où les rangs des grévistes étaient beaucoup trop clairsemés afin d’atteindre les objectifs initiaux de la manifestation. Le dépôt pétrolier de Fos sur mer n’a, par conséquent, pas non plus été bloqué par la grève des routiers. Il est difficile pour ces derniers de faire grève car ils ont des factures à payer comme tout le monde et exercer son droit de grève, c’est renoncer à une partie de son salaire.

greve-routier

Pourquoi les routiers font-ils grève ?

Le gouvernement a décidé de réagir à ce mouvement de grève qui peut avoir de grandes répercussions, notamment avec le blocage des raffineries qui entrainerait une pénurie d’essence et un mouvement de panique de la part des français. C’est pourquoi le Premier Ministre et son gouvernement ont prévu de réunir patronat et syndicats des transports routiers afin de trouver des solutions. Mais quelles sont les revendications exactes des routiers ? Nous savons que ceux-ci s’opposent à la réforme du Code du travail. De plus, les syndicats souhaitent une augmentation de salaire, ou plus exactement du pouvoir d’achat, de 100 euros par mois. Soit une revalorisation de 5 % des salaires. Une autre revendication réside dans l’institution du 13ème mois qui n’existe pas dans ce secteur. Ils veulent également la suppression de la carence maladie notamment. Mais le patronat pour sa part propose d’augmenter les salaires de 1 à 2 %. Ce qui est jugé très insuffisant pour les syndicats. On semble alors loin d’un accord entre les deux parties, c’est pourquoi le gouvernement souhaite négocier rapidement afin de trouver des solutions qui conviennent à toutes les parties prenantes dans ce conflit. Nous verrons l’issue que prendra cette nouvelle crise.